Un des nombreux bars de l'époque !

Un des nombreux bars de l'époque !

La mairie en 2017

La mairie en 2017

Fenêtres ouvertes sur un passé proche : 1900

Fenêtres ouvertes sur un passé proche : 1900

La maison Bresson en 2019

La maison Bresson en 2019

Vers 1900 des commerces qui faisaient un tabac !

Vers 1900 des commerces qui faisaient un tabac !

Le centre en 2018

Le centre en 2018

1909 La vie de château

1909 La vie de château

Fougerolles-Le-Château en 2018

Fougerolles-Le-Château en 2018

Les premiers nids de poules !!!

Les premiers nids de poules !!!

Rue de Plombières en 2017

Rue de Plombières en 2017

Ermitage Saint-Valbert

Ermitage Saint-Valbert

Ermitage de nos jours

Ermitage de nos jours
                       L'ECOMUSÉE DU PAYS DE LA CERISE
Localisation
 
L'écomusée est implanté au 206, Le Petit Fahys, un des hameaux de la commune de Fougerolles-Saint-Valbert, à proximité de la route nationale 57, dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.
 
Histoire
 
cerisier en fleurDepuis longtemps, le pays fougerollais doit sa notoriété à la culture et à la distillation de la cerise (plus particulièrement de la guigne) ; d’où son surnom de « pays de la cerise ». Cette tradition remonte aux XVIIe et XVIIIe siècle, période à laquelle des cerisiers ont été plantés et ont ainsi favorisé l’apparition de distilleries « d’eau de cerise », plus connue sous le nom de kirsch. À partir de 1850, naissent à Fougerolles quelques entreprises industrielles et commerciales (Peureux, Bresson, Lemercier…) productrices d’eau de cerise, mais aussi de liqueurs et d’apéritifs (d’absinthe notamment). On en compte une quarantaine au tout début du XXe siècle ce qui fait de Fougerolles l’un des premiers pôles de production d’alcool en France. Mais leur déclin s’amorce à partir de 1915 lorsque le gouvernement français interdit la production et la consommation d’absinthe. Au début du XXIe siècle, quatre établissements perpétuent encore cette tradition artisanale et industrielle : Coulin, Devoille, Lemercier et Peureux.
Cette tradition ancienne de distillation de la cerise conduit Marcel Saire et d’autres Fougerollais passionnés à acheter, conserver et collectionner de nombreux objets témoins de ce patrimoine local pendant plus de vingt ans dans l’objectif d’en faire un écomusée. Ainsi naît l’écomusée du pays de la cerise avec l’aide de la Société d'agriculture, lettres, sciences et arts de la Haute-Saône (SALSA), de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) de la Haute-Saône et de la municipalité en 1982, au sein d’une des premières distilleries de Fougerolles.Ecomusee maison
Celle-ci est construite en 1829 par Desle-Joseph Aubry, un paysan distillateur : elle se compose d’une maison de maître (comprenant les logements et les parties agricoles), à laquelle une salle de distillation est annexée en 1831, ainsi que d’une maison de domestiques, d’un « chalot » (dépendance typique des Vosges saônoises qui servait autrefois à entreposer les récoltes de la maison) et d’un grand verger. L’entreprise fut en activité pendant plus de 150 ans ; cela justifie donc le fait qu’elle ait été choisie pour abriter l’écomusée. En 1984, la maison est inscrite à l’inventaire général des Monuments historiques et en 2003, l’écomusée devient Musée de France.
eco museePar la suite, au fil du temps, il connut plusieurs phases de modernisation. Ainsi, en 2001, débute un vaste programme de rénovation architecturale qui est récompensé par le Grand prix de l’architecture Grand Est en 2005 ; il s’agit de la construction d’un bâtiment d’accueil et d’une salle d’expositions temporaires (dite « salle du socle »). Puis une nouvelle muséographie pour le site, pensée par la scénographe de renom Audrey Tenaillon, est mise en place en 2007.
 
Muséographie
 
socle2L’écomusée se fixe pour objectifs d’étudier, de sauvegarder et d’exposer les savoir-faire et modes de vie des Fougerollais ; le visiteur découvre plus précisément comment la production de kirsch, au départ simple activité agricole, est devenue industrielle. La visite commence dans la maison de maître datant de 1829 ; à travers les pièces et les objets exposés sont dévoilées au visiteur la vie traditionnelle fougerollaise, les manières d’habiter, de manger mais surtout de boire; il découvre également les croyances et symboles associés à la distillation. Ensuite, dans les nouveaux bâtiments, il apprend tout ce qui touche l’arbre et le fruit, l’alcool, sa consommation ou encore sa législation.
 
L’écomusée
 
Le bâtiment est plus grand qu’une habitation traditionnelle. Il se compose de trois parties ; l’exploitation agricole, la distillerie et l’habitation. Il a au départ été conçu pour abriter la vente et la distillation d’alcool au sein d’une ferme. Au travers de la cuisine, de la salle à manger et du bureau, on part à la rencontre de la famille Aubry qui est à l’origine de la distillerie et qui cherche à imiter, comme beaucoup d’autres, les « bourgeois des villes » - soit sa clientèle. En effet, grâce à cette activité, la famille s’est enrichie, mais le petit-fils de Desle-Joseph Aubry dilapide le patrimoine familial en 1887.alambic
Ensuite, on découvre la salle de stockage des alcools dans laquelle sont exposés des tonneaux et autres foudres, du matériel de conditionnement et diverses étiquettes qui soulignent la diversification de la production des eaux de vie qui s’est opérée dès le milieu du XIXe siècle.
À l’étage, se trouvent les chambres qui laissent voir les manières de boire et les coutumes associées à l’alcool, qui touchent tous les moments de la vie : les naissances, les mariages, la conscription pour les hommes… Jusqu’aux années 1970, les cafés sont les principaux lieux de sociabilité.
S’ensuit le grenier, où le vieillissement du kirsch et les activités secondaires que ce dernier a développé (vannerie, tonnellerie) sont expliqués. L’on débouche ensuite sur une salle rouge et verte qui renseigne sur le fait qu’à partir de 1915, année où la consommation et la production d’absinthe sont interdites, s’amorce le déclin des distilleries fougerollaises. Mais la production de kirsch connaît un renouveau à partir des années 1950, débouchant sur l’obtention de l’AOC pour le kirsch de Fougerolles en 2010.
On entre par la suite dans le «socle » une grande salle qui s’ouvre sur le verger conservatoire de l’écomusée. Sont abordées là les différentes variétés et la production de cerises à Fougerolles, à son apogée dans les années 1900. On comprend comment cette activité au départ agricole, est devenue industrielle par la suite, ainsi que son évolution jusqu’à nos jours (au niveau des techniques de récolte par exemple).alambic6
Enfin, la visite se termine par la belle salle des alambics. On y apprend notamment qu’il existe deux types d’alambics : les alambics armagnacais dits à « distillation continue », et les alambics charentais dits « à repasse » qui impliquent une seconde distillation.
 
Le verger conservatoire
 
Le verger est créé en 1991, dans le but de préserver les variétés endémiques de cerisiers. Sa mise en place a nécessité une longue enquête ethnologique auprès d’anciens producteurs ainsi que des greffes, faites sur des semis de cerisiers sauvages à partir de greffons d’anciennes variétés. Il compte aujourd’hui une quarantaine de variétés d’arbres.
 
 
 
 
 

Nouveautés 2020 : Le théâtre de verdure

amphi country amphi2
Visite de fin de travaux avec L. Morand et B. Miège Les danseurs de country ont testé la nouvelle scène Site qui permet d'accueillir 190 personnes...

Un théâtre de verdure né pendant le confinement à l’écomusée

Au cœur du verger de l’écomusée du pays de la cerise, un théâtre de verdure a été réalisé.
« Notre vocation est de proposer des projets de qualité et de développer le spectacle vivant dans un territoire rural », rappelle Lætitia Morand.
 
 
 
 
Contact
 

Ecomusée du Pays de la Cerise

206, Le Petit-Fahys  -  70220  Fougerolles-Saint-Valbert

Tel: 03 84 49 52 50
Site internet  : http://ecomusee-fougerolles.fr/

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

facebook

Périodes d'ouverture

Tous les jours de 14h à 18h sauf le mardi.

-  Juillet  - août : tous les jours de 11h à 19h.

 Les groupes ( plus de 15 personnes) sont accueillis toute l’année sur réservation.

Fermeture hivernale du 15 novembre au 15 février

 Tarifs :

Adultes :  5 €

Enfants (6 à 16 ans) Etudiants*:   3 €

Personne à la recherche d’un emploi*:  3 €

Personne en situation de handicap*:  3 €

* Sur présentation d’un justificatif.

Divers pass :   4 €    

Groupes  adultes (+ de 15 personnes) :  4 €

Groupes scolaires  :  1 €

Durée moyenne de la visite : 1h30

 

Les rendez-vous

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim